— Le Gentil Garçon

Le Gentil Garçon, de son vrai nom Julien Amouroux, exerce une activité plastique depuis 1998. Il vit et travaille à Lyon.

Le Gentil Garçon est un artiste autodidacte. Il a tout d’abord suivi des études en mathématiques, souhaitant alors se tourner vers la recherche en astrophysique. Il s’est finalement réorienté vers une école d’art appliqué, dans l’objectif premier de faire de la bande dessinée ou des dessins animés. Peu à peu, il s’est mis à mêler ses différents centres d’intérêts, liant ainsi la culture populaire et la culture savante aux technologies, aux sciences et à l’histoire.

La question de la connaissance intéresse beaucoup l’artiste : il aime mélanger différents domaines car il estime ainsi confronter différents champs de compréhension du réel, en faisant des références aux savoirs. Il y ajoute une dimension ludique qui est, à ses yeux, une manière d’appréhender le monde avec un regard neuf. C’est d’ailleurs ce parti-pris qui lui a inspiré son pseudonyme « Le Gentil Garçon ». A noter que cette dimension ludique, voire candide, est pour lui un moyen de mettre en scène le réel et de le transfigurer, pour se l’approprier d’une autre façon.

Les moyens d’expression du Gentil Garçon sont extrêmement variés. Il explore autant le dessin que la sculpture, la performance, l’installation et la vidéo.

Le Centre d’Art LE VOG à Fontaine a accueilli Le Gentil Garçon en 2011 lors de son exposition personnelle Restore Hope.

 


 

– En savoir plus

Le site internet de l’artiste : http://www.legentilgarcon.com/

Pour une vue d’ensemble des travaux de l’artiste : Book – sélection d’œuvres du Gentil Garçon ordonnées selon une suite logique de 0 à 777

Monographie encyclopédique Tout Le Gentil Garçon / All of The Nice Guy, édition Les Requins Marteaux, Bordeaux, 2011, 214p., bilingue français/anglais → consultable au bureau du Campus des Arts (1025 avenue Centrale, Saint-Martin-d’Hères), sur rendez-vous. Nous contacter.

Eclipses, Le Gentil Garçon, 2018

 

Lamelles et structure acier, laquage au four et peinture carrosserie — Maison Climat Planète et OSUG-D, Université Grenoble Alpes — 126 rue de la Piscine, 38400 Saint-Martin-d’Hères

 

Cette œuvre a été réalisée dans le cadre du 1% artistique de la Maison Climat Planète et du bâtiment OSUG-D en 2018. Elle est située dans l’espace végétal reliant les bâtiments de PhITEM (Physique, Ingénierie, Terre, Environnement, Mécanique) et de l’OSUG (Observatoire des Sciences de l’Univers de Grenoble).

Eclipses répond à l’un des idéaux du procédé du 1% artistique, à savoir que l’œuvre entre en résonance avec son lieu de destination, soit de manière visuelle, soit de manière symbolique. Ici, Eclipses crée un lien intellectuel avec les bâtiments pour lesquels elle a été conçue car, en représentant la lune et le soleil, elle fait directement référence au champ d’études de l’OSUG : l’univers.

L’œuvre représente ainsi le soleil sur fond de ciel bleu, et la lune sur fond de nuit noire. Les deux astres peuvent être vus individuellement selon si l’on se place à gauche ou à droite de l’œuvre, mais ils peuvent aussi être vus simultanément si l’on regarde l’œuvre de face. Le titre Eclipses prend alors tout son sens puisque, selon le point de vue, le soleil éclipse progressivement la lune ou la lune éclipse progressivement le soleil, les deux astres apparaissant, coexistant et disparaissant tour à tour.

Le Gentil Garçon approfondit cette cohabitation paradoxale en précisant : « une image remplace l’autre selon le déplacement de l’observateur. Tel le versatile chat de Schrödinger, chaque image semble être dans deux états superposés, à la fois présente et absente, visible et invisible. »

Le « chat de Schrödinger » est une expérience de pensée menée par Erwin Schrödinger pour vulgariser les paradoxes de la physique quantique, tels que « une particule peut être à plusieurs endroits en même temps ». Dans cette expérience, Schrödinger imagine mettre un chat enfermé dans une boîte avec un poison mortel qui serait diffusé à un moment aléatoire, tuant alors le chat. L’expérience de pensée réside dans le fait que, tant que la boîte n’est pas ouverte, on ne peut savoir si le poison a été diffusé et donc si le chat est mort ou vivant, et qu’ainsi on peut considérer que le chat est autant mort que vivant tant que rien n’a été vérifié. Le Gentil Garçon relie son œuvre à cette expérience afin de souligner l’aléatoire, voire le paradoxe qui régissent la coexistence du soleil et de la lune dans Eclipses.

Pour en savoir plus sur l’expérience du chat de Schrödinger, vous pouvez consulter cet article de vulgarisation : https://www.institut-pandore.com/physique-quantique/chat-schrodinger-superposition-quantique/

Mais la réflexion du Gentil Garçon ne s’arrête pas là. Il explique :

Le motif circulaire figure tout aussi bien la planète et l’atome, le grand et le petit, le zéro et l’idée de cycle. Il évoque également une pupille traversée par la lumière.

L’illusion produite rejoue le temps cosmique, le soleil et la lune s’éclipsent à tour de rôle dans un ballet d’oppositions. Les deux astres sont les dépositaires de symboliques universelles, intemporelles, aussi riches que complémentaires (lumière et ténèbres, vie et mort, masculin et féminin, réalité et rêve…).

En concevant cette œuvre, j’ai cherché à mettre en évidence l’importance du point de vue dans la compréhension du monde, à renouer avec le plaisir de la découverte : être, comme l’écrit Edgar Morin, rempli par « Le fort sentiment de l’invisible caché dans le vu ».

Le Gentil Garçon – 2018

L’œuvre a été réalisée par Art Project, entreprise spécialisée dans la fabrication d’œuvres d’art, située à Millery (entre Lyon et Vienne). Art Project travaille le bois, le métal, le verre, le plexiglass et la taxidermie. L’entreprise explique : « Notre vocation est d’accompagner les artistes, designers et architectes en prenant en charge en interne, l’ensemble des aspects techniques et logistiques liés à la fabrication d’œuvres : suivi de projets, conception sur plan, fabrication dans nos ateliers, réalisation de caisses de transport sur mesure aux normes internationales et installation sur site ». En ce qui concerne Eclipses, Art Project s’est occupé de la structure et des lamelles torsadées, de la peinture et du laquage, puis de l’assemblage des différentes parties de l’œuvre. Pour voir les photos du projet, consultez la rubrique « 2018 – Le Gentil Garçon – Eclipses, Université Grenoble Alpes (UGA) » sur la page http://artproject.pro/category/projet/.

L’entreprise a produit d’autres œuvres pour Le Gentil Garçon, mais aussi pour d’autres artistes recensés par le Campus des Arts comme Christophe Berdaguer et Marie Péjus, ainsi que Claude Lévêque, auteurs d’oeuvres du 1% artistique pour des sites universitaires grenoblois.

 

Des plaquettes rédigées par Le Gentil Garçon présentant Eclipses sont disponibles à l’Espace Accueil-Information (1025 avenue Centrale, Saint-Martin-d’Hères), ouvert du lundi au vendredi, 9h-17h. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en recevoir par voie postale.