Urban Totems, L’Atelier des Friches (Céline Dodelin et François Wattellier), 2012

 

Bois, tiges végétales, pisé — Ecole supérieure du professorat et de l’éducation (U.G.A.) — 30 avenue Marcelin Berthelot, 38000 Grenoble

 

Commandée à la suite de la construction de la cafétéria accueillant le CROUS dans l’enceinte de l’ESPE de Grenoble, cette œuvre interroge les liens entre l’homme et la nature dans l’espace urbain. Ces sculptures font aussi partie d’un ensemble de sculptures installées dans l’agglomération lyonnaise dans le cadre du programme Urbanbees. L’intervention de l’Atelier des Friches mêle ici art, écologie et médiation. En effet, des ateliers ont été organisés tout au long de ce programme européen. Ce temps d’expérimentation artistique permet de rencontrer et interpeller le public sur des problématiques écologiques et sociétales.

Entre art et nichoir, ces deux totems offrent sur chaque face différentes loges à insectes : tiges creuses accumulées, pisé, trous percés dans le bois, etc. Le spectateur peut circuler autour pour découvrir et observer chaque partie. Sur des fonds rouges, oranges et jaunes, des inscriptions interpellent : ce sont des paroles recueillies lors de l’atelier. La forme des totems est aussi un clin d’œil à des civilisations ayant des rapports à la nature différents du nôtre.

A quelques dizaines de mètres des totems, des ruches ainsi qu’une mare pédagogique mettent l’accent sur ce rapport à la nature.

 

 

— François Wattellier (1977), Céline Dodelin (1967) et L’Atelier des Friches

François Wattellier suit une formation en histoire de l’Art, puis une formation de paysagiste. Il organise entre autres des Promenades Buissonnières dans la ville. Il rencontre Céline Dodelin, plasticienne, qui travaille comme lui sur les plantes sauvages dans la ville. En 2009, ils créent l’Atelier des Friches, association loi 1901, dans le but de valoriser la nature dans la ville de Lyon, grâce à une approche artistique. Ils croisent leurs savoir-faire sur différents projets ; par exemple des jardins partagés, complétés par des animations. En créant une passerelle entre art et écologie, ils cherchent à sensibiliser le public, briser les clichés sur la nature en milieu urbain (arbres bien taillés, insectes qui ne piquent pas, pas de “mauvaises herbes”) et ouvrir à la nature sauvage et spontanée, en faveur du développement d’une certaine biodiversité.

L’association a été dissoute en 2015, mais certains projets ont été repris par d’autres structures. Céline Dodelin continue de réaliser des créations d’art contemporain en lien avec la nature. Son esthétique bouscule avec ses contrastes de couleur et de forme, et questionne sur les liens que nous avons avec la nature.

Le programme « Life + Biodiversité URBANBEES », porté par l’INRA, l’association Arthropologia et le Service Science et Société de l’Université de Lyon, sur le territoire du Grand Lyon entre 2010 et 2014, vise à protéger la diversité et l’abondance des abeilles sauvages en milieux urbains et périurbains, et d’étudier leur comportement.