Sentier planétaire Manuel Forestini, Chérif Kebbal et Renaud Guignon, 2003

A défaut de pouvoir voyager dans le système solaire, vous pourrez toujours en apprécier une représentation fidèle, mise à échelle humaine. Conçue par Chérif Kebbal et Renaud Guigon, vous pouvez la découvrir au fil du sentier traversant l’arboretum du campus de Saint-Martin-d’Hères/Gières.

 

Résine, métal et peinture, Arboretum Robert-Ruffier-Lanche, Campus de Saint-Martin-d’Hères/Gières.

 

En plein cœur de l’arboretum Robert Ruffier-Lanche, le Sentier planétaire Manuel Forestini, du nom de l’initiateur du projet, permet au visiteur d’appréhender le système solaire à échelle d’homme (reproduction à 11/110.000.000). Différenciées par leur taille et les matériaux utilisés, les planètes sont facilement identifiables. Placé à l’entrée de l’arboretum, le Soleil, partiellement représenté, est une immense demi-sphère de plus de 12 mètres de diamètre alors que la Terre ne mesure que quelques centimètres. A chaque pas, le visiteur parcourt 5 millions de kilomètres.

Cette installation est le fruit d’une collaboration entre le Laboratoire d’astrophysique et l’Ecole Nationale Supérieur d’architecture de Grenoble. Réalisée par les deux sculpteurs et architectes que sont Chérif Kebbal et Renaud Guigon, cette œuvre pédagogique est un bel aperçu de la culture scientifique et technique chère au campus universitaire.