Ligne de traverse, Véronique Joumard, 2002

L’énergie et la lumière rencontrent les sciences humaines à l’Institut de la Communication et des Médias. Cette installation de 60 spots lumineux réagit aux bruits : l’intensité lumineuse varie en fonction des stimulations phoniques émises par les visiteurs.

 

Projecteurs halogènes et boitiers électroniques, Institut de la Communication et des Médias, UGA, Echirolles.

 

Née en 1964, Véronique Joumard est une artiste de la lumière. Son œuvre aborde de manière directe les thèmes de l’énergie et de la lumière. Par des installations lumineuses diverses, elle détermine des formes qui interagissent avec le visiteur, ce dernier expérimente ainsi physiquement son environnement. L’artiste déclare : « J’aime l’idée de rendre visible à la fois la lumière elle-même et les éléments nécessaires à son apparition, c’est sans doute une manière de parler du travail et de ses composants. Mais c’est aussi une manière d’inscrire les œuvres dans l’espace, comme une jonction visible ».

L’installation de l’Institut de la Communication et des Médias est formée d’une ligne de projecteurs halogènes traversant le bâtiment du hall d’entrée, en passant près de l’amphithéâtre jusqu’à l’arrière de l’Institut. Chaque projecteur est équipé d’un boitier qui permet de moduler l’intensité lumineuse en fonction du bruit environnant. Les modulations de luminosité obéissent ainsi aux variations phoniques produites par les occupants du lieu.